6a00d83451619c69e20120a650279b970b_120wiL’ÉGLISE FACE AU SCANDALE DE LA PÉDOPHILIE

 

Face au scandale de la pédophilie qui frappe aussi durement notre Église, plus encore aujourd’hui, nous pouvons maintenir notre prière et devenir plus avant des « petites flammes de Miséricorde » pour les prêtres et pour leurs jeunes victimes.

 

Pour nourrir notre réflexion et notre prière, voici, en partie, l’homélie que prononça Père Bruno le jour du Vendredi Saint 2010 dans sa paroisse de Chantilly.

 

Il faut évoquer en ce Vendredi Saint, ce mal abyssal qui émerge dans les médias, des crimes de nombre de ministres.


1 - Il ne faut pas relativiser ce mal, le noyer dans le contexte. Il ne faut pas d'abord défendre notre Église, une parmi les institutions de ce monde toutes concernées.

Même si on sent bien que certains, dehors et dedans (comment ne pas souffrir des attaques de Hans Kung !), en profitent pour attaquer de façon massive autant que ciblée, notre Eglise, notre Pape, le célibat des ministres, il n'est pas souhaitable de nous attacher à nous défendre devant le monde, devant la société, devant les médias.


2 - Il faut d'abord oser regarder ce mal, abyssal, énorme, répugnant.

Ce mal qui indique la désespérance, mot ancien, ou le nihilisme, mot moderne.

Le péché des ministres me semble à la mesure des 2 autres grands péchés de notre humanité.

- Même si je sais, loin de toute thèse rejetée de "peuple déicide" que toute l'humanité a concouru et concourt au rejet de la Lumière, le premier péché est cette hallucinante incompréhension particulière d'Israël devant la miséricorde du Messie. St-Paul en parle dans son épitre aux Romains, ch. 9 à 11.

- Le deuxième est le péché des païens dans la Shoah, contre le Peuple juif, choisi par le Dieu qui fait alliance.

- Le troisième péché majeur est en train d'apparaitre, la pédophilie de ministres chrétiens et catholiques, transformant un ministère de Père, vraie "Icône de Dieu-Père" en "Idole obscurcissant l'image du Père". […]

Ce mal, il nous faut le regarder - non pas de nous même, nous serions vaincus - mais dans le regard de Dieu sur ce mal qu'il vient affronter. Ce mal vaincu par la croix.

- Parce que nous regardons depuis la terre aux milieu de peuples sans foi, il nous faut ensuite regarder d'abord la souffrance des enfants

La lettre de Benoît XVI aux catholique d'Irlande le dit bien. J'espère que vous l'avez lue.

 

Il faut ensuite regarder la souffrance de Dieu lui-même

La vénération de la croix ! Si nous avions un peu de vrai amour, nous devrions être broyés de sanglots, de compassion envers l'innocent ainsi torturé. Mais non seulement, nous la regardons juste gentiment, pieusement, dévotement, mais nous l'imaginons brève. "Juste" quelques heures effrayantes. Combien disent aujourd'hui que "tant souffrent plus chaque jour sur la terre".

Quel aveuglement sur la souffrance de Dieu.

Cette souffrance d'amour, de compassion de Dieu pour nous n'a pas duré que trois heures sur la croix, mais depuis le premier péché d'Adam et Ève, jusqu'à la fin de ce monde.

De même que la transfiguration manifesta 3 heures durant, la gloire de Dieu, la croix manifesta 3 heures durant la souffrance de Dieu. Mais elles sont, gloire et souffrance coéternelles, en ce Dieu qui aime !

Alors oui, en ce jour, en ces quelques heures, on voit décliné toutes les sources de cette souffrance d'amour, rendue visible dans la douleur de Jésus : méchants jubilants - foules versatiles - guéris ingrats - chefs romains - chefs juifs - apôtres, Judas et Pierre.

Il a mal de ses plaies, visibles, de son corps.

Mais il y a ce mal invisible, intérieur, du cœur.

Il a plus mal de notre pauvreté, bêtise, méchanceté, ingratitude, lâcheté.

Il a mal de la douleur du Père envers lui méprisé, et envers nous pécheurs endurcis.

Il a mal des méchancetés des méchants, des souffrances des victimes, de ce mélange en nous d'être à la fois, victime, coupable et complice.

Il a mal parce que nous relativisons sans cesse le mal que nous faisons, en l'excusant.

Il a plus mal parce qu'il aime plus et ressent plus le scandale du mal.

 

Il faut ensuite regarder la souffrance de l'humanité, qui ne sait où trouver une lumière, une porte à son angoisse, parce que la Parole de vie du Christ est obscurcie de façon dramatique.

 

Il faut enfin, regarder la souffrance de l'Église, témoin, missionnée pour dire la victoire du bien contre la mal et qui se voit dénudée, elle même source de maux, de crimes inimaginables, par leur gravité, par leur ampleur.    

 

3 - Il faut ensuite parler du statut du témoignage de l'Église.

Ses ennemis crient de joie contre elle, parce qu'elle porte une lumière que le monde, au sens du monde pêcheur ne veut pas accepter, par péché et par folle ignorance. Beaucoup trouveront leur satisfaction aux pêchés de l'Église pour déployer les leurs en toute quiétude. Il ne faut pas oublier que cette société démocratique, des Droits de l'Homme, toute à la fois libérale et libertaire, a légalisé en Hollande voici quelques années, un parti politique demandant officiellement la liberté de commerce sexuel avec les plus jeunes adolescents. Il ne faut aussi que voir le commerce de la pornographie dans les rues et des médias ! Quel scandale organisé, militant, criminel.

 

Mais, nous le sentons bien, nous le croyons, l'Église doit poursuivre son propre ouvrage dans ce réel.

Quel est donc désormais, aux yeux du monde, sa légitimité ?

Je me rappelle ces mots du Pape Paul VI à l'ONU, dans les années du Concile : L'Église vient devant les nations, "Experte en humanité". Jean-Paul II a repris ces mots.

Après ces révélations que valent ces 3 mots, "Experte en humanité" ?

 

Ils ont probablement été dits par Paul VI en pensant aux nombreux aspects positifs de notre histoire.

- En pensant à la Révélation par laquelle Dieu a donné à Israël et à l'Église, un savoir sur l'humanité, créée bonne, homme et femme pour l'Alliance. Cette humanité blessée à mort par le péché. Cette humanité aimée et sauvée.

- En pensant à l'histoire de l'Église, qui malgré ses péchés, a apporté au monde tant de progrès et d'œuvres, d'institutions, de communautés vouées à la charité.

- En pensant à tant de saintes et de saints aux parcours si éloquents, modèle d'humanité réconciliée.

Après ces révélations, que valent ces 3 mots, "Experte en humanité" ?

 

Il me semble que nous sommes appelés non pas à abandonner cette prétention, mais à la creuser, à l'approfondir.

Nous en avions vu les côtés positifs, nous sommes acculés à en regarder les côtés négatifs.

Dieu est venu pour les pécheurs, mais entrer en communion avec lui, n'éteint pas en nous instantanément le mal.

- Le Kyrie au début des messes et l'appel aux sacrements de réconciliation toute notre vie, nous redisent notre commune pauvreté.

- De même l'écriture nous averti. Si le premier peuple de l'Alliance a pêché (l'adultère d'Israël et le non-accueil du Messie), l'Église doit s'attendre a devoir un jour découvrir son propre péché, le même péché. Si les rois, les prêtres et les prophètes d'Israël furent souvent pécheurs, il doit en être de même pour l'Église greffée sur Israël, et notamment pour ses ministres !

 

Notre expertise en humanité ne pourra plus seulement être du beau côté, du beau visage de l'Église : "venez voir ce que Dieu a fait de beau avec nous", mais sera complétée par cette vérité : "Venez avec nous. Chaque jour, nous sommes mystérieusement témoins de la Miséricorde de Dieu pour nous ".

 

4 - Il nous faut alors retrouver ces réalités chrétiennes bien négligées en ces temps modernes : la Miséricorde de Dieu, le mal engendré par quelqu'un, le Mauvais, et le péché de toute l'humanité.

 

La Miséricorde. De Saint-Jean par Sainte Marguerite-Marie de Paray-le-Monial jusqu'à Sainte Faustine. La consécration et la dévotion au Cœur du Christ sont d'actualité, car elles se rapportent au Cœur de l'Éternel.

 

Le Mauvais. Notre étonnement devant l'abime du mal nous dit bien combien nous avons refoulé ce que l'Écriture, la Tradition le Magistère, la Liturgie, la Vie Mystique nous disent du Diable. La modernité nous a déstabilisés. Obligés de recadrer notre savoir devant les découvertes modernes, nous avons mal discerné. Dans l'épitre aux Éphésiens, ch.6, Saint-Paul nous dit pourtant : "Revêtez l'équipement de Dieu pour le Combat, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du Démon, car nous n'avons pas à lutter contre des hommes, mais contre les forces invisibles, les puissances des ténèbres qui dominent le monde, les esprits du mal qui sont au dessus de nous". Paul n'invente rien. Le Seigneur lui même, en la Passion que nous venons d'écouter le dit : Luc, 22, 31 : "Simon, Simon, Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le froment, mais j'ai prié pour toi...", et en Jean 13, 26-27 "Jésus donna à Judas la bouchée et après, Satan entra en Judas. Jésus lui dit : 'ce que tu fais, fais-le vite' !"

Quelle inconscience et légèreté pour avoir ainsi abandonné un combat surnaturel dans lequel nous avons été appelé à prendre position! Sans négliger les découvertes de la psychologie moderne, il faudra bien que l'on redonne l'exorcisme dans notre Église !

 

Le péché de tous, jusqu'aux ministre de Dieu.

Comment ne pas évoquer le cas limite du Père Marcial Marciel, fondateur des Légionnaires du Christ. Indépendamment du fait que cette dynamique Congrégation moderne n'est pas bien reçue en France à cause de sa tonalité trop communautaire, il ne peut être niée qu'elle est œuvre de Dieu et que le Père Marcial est un authentique fondateur. Nous apprenons, douloureusement, et cette jeune congrégation encore plus douloureusement, que peut se dévoiler au cœur même de la vie des grands fondateurs, un mélange inextricable, inimaginable, de vertu et de péchés, de sainteté et de crimes !

 

Être "experts en humanité" pour l'Église demande à entendre ce que Dieu nous dit, par sa Providence, quand il laisse monter, se révéler la misère des siens, évêques et prêtres de son Eglise.

Il faudra des décennies pour travailler, assainir ces drames de l'humanité pécheresse, où se mélangent  de façon hallucinante, vertu et péché, dans un travail tout à la fois spirituel, moral et psychologique.

Ce n'est qu'à ce prix que le devoir de témoignage sera surmonté, pour la gloire de Dieu et le Salut du monde. En fin des temps, tout autant et pareillement, Israël et l'Église se retrouveront dans la joie de la Miséricorde servie pour toute l'humanité, mais d'abord toujours reçue pour nous, peuple de l'Alliance.

 

Nous allons maintenant vénérer la croix du Christ et être invités à la table de son corps.

En ce moment, je prierai pour les Enfants abusés, pour l'Église d'Irlande et du monde entier, pour le Père Marcial Marciel, le fondateur des Légionnaires du Christ, et pour Hans Kung à la critique si perverse, et pour notre pape Benoît XVI concentré sur son ouvrage de faire la Vérité : que le Seigneur leur donne et nous donne à tous, cette humble expertise en humanité : l'Evangile dans nos vies. »

 

Père Bruno DANIEL, Vendredi Saint 02.04.2010

 

øøø

 

Pour poursuivre notre prière nous vous proposons de prier avec notre Pape pour et avec les chrétiens d’Irlande mais cette prière qui concluait la Lettre Apostolique aux chrétiens d’Irlande est valable pour toutes les Églises sur tous les continents :

 

Prière pour l'Église en Irlande

Dieu de nos pères,
renouvelle-nous dans la foi qui est pour nous vie et salut,
dans l'espérance qui promet pardon et renouveau intérieur,
dans la charité qui purifie et ouvre nos cœurs
à t'aimer, et à travers toi, tous nos frères et sœurs.

Seigneur Jésus Christ,
puisse l'Église en Irlande renouveler son engagement millénaire
à la formation de nos jeunes sur le chemin de la vérité,
de la bonté, de la sainteté et du service généreux à la société.

Esprit Saint, consolateur, avocat et guide,
inspire un nouveau printemps de sainteté et de zèle apostolique
pour l'Église en Irlande.

Puissent notre tristesse et nos larmes,
notre effort sincère pour redresser les erreurs du passé, 
et notre ferme intention de repentir,
porter des fruits abondants de grâce
pour l'approfondissement de la foi

dans nos familles, nos paroisses, nos écoles et nos communautés,
pour le progrès spirituel de la société irlandaise,
et pour faire grandir la charité, la justice, la joie et la paix,
dans la famille humaine tout entière.

A toi, Sainte Trinité,
avec une confiance totale dans la protection pleine d'amour de Marie,
Reine de l'Irlande, Notre Mère,
et de saint Patrick, de sainte Brigitte et de tous les saints,
nous nous en remettons, ainsi que nos enfants,
et les besoins de l'Église en Irlande.

Amen

øøø

 

Nous vous invitons également à prier pour les prêtres pauvres dont nous venons de parler mais aussi pour tous les ministres, en particulier, pour celui de votre paroisse, avec les deux prières suivantes, dont la première a été écrite par Père Bruno :

 

« De tous chrétiens -‘heureux les cœurs purs, ils verront Dieu’-, tu demandes et attends, Seigneur Dieu notre Père, une sainteté incarnée : chasteté de corps, d’esprit et d’âme.

Des chrétiens en font publiquement profession.

En premier, les religieuses et religieux, par l’un de leurs trois vœux.

Les guides et scouts aussi, mouvement éducatif, en font une loi explicite : ‘le scout est pur et rayonne la pureté’.

Évêques et prêtres de ton Église catholique, notre personne est toute consacrée, et doit servir en état de pure louange à ta gloire.

Tu as dis dans l’Ancien Testament, que ceux qui approchaient des mystères sacrés de la vie et de la mort devaient, en ces périodes, se réserver entièrement à leur tache sainte : soldats à la guerre, femmes en leurs cycles et aux naissances, prêtres affectés au culte.

Le culte eucharistique, principalement au jour de la résurrection mais aussi désormais quotidien, a révélé l’évidence du nécessaire célibat des ministres de la Nouvelle Alliance. Serviteurs des noces de l’Époux et de l’Épouse, au service de la communion, de ce commerce amoureux ‘de corps à corps’, plus que tout autre et pour la plus grande efficacité de ta grâce, évêques et prêtres doivent servir à l’autel, non seulement avec une foi pure, mais aussi, unité de l’incarnation oblige, en état de grâce, leur personne pure ou, en cas de péché en pensée ou en acte, purifiée !

Ministre moi-même, humblement, je te prie pour moi en particulier, et aussi pour chacun de mes frères ministres : Que nous trouvions, ou au besoin retrouvions, ce sens plénier inhérent à notre ministère de l’autel et cette vie conforme à la sainteté du service du Corps de l’Époux que nous représentons sacramentellement ‘in persona Christi’, et dont nous sommes les premiers bénéficiaires comme membre du Corps de l’Épouse de ton Fils, notre Saint Église.

Avec l’intercession de Notre-Dame et de Saint Joseph, la protection de Saint-Michel et de nos Anges Gardiens, donne-nous Seigneur d’être dans l’Esprit-Saint, ces dignes ministres de et par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen »

 

øøø

 

Prière pour implorer la grâce de garder la chasteté

 

Seigneur Jésus-Christ, époux de mon âme, joie de mon cœur, toi mon cœur et mon âme : devant toi je me prosterne à genoux, te priant et te suppliant de toutes mes forces de me faire persévérer et croître chaque jour dans la vraie foi. Que pour cela, très doux Jésus, je repousse toute impiété, que je reste toujours étranger aux désirs de la chair et aux concupiscences terrestres qui combattent contre l’âme, et qu’avec ton aide je conserve sans tache la chasteté.

 

O Marie, Vierge très sainte et immaculée, Vierge des vierges, notre Mère très aimante, purifie chaque jour mon cœur et mon âme, demande pour moi la sainte crainte du Seigneur et de ne me fier en rien à mes propres forces.

 

Saint Joseph, gardien de la virginité de Marie, garde mon âme de tout péché.

 

Vous toutes, Vierges saintes, qui suivez l’agneau divin partout où il va, prenez toujours soin du pauvre pécheur que je suis, afin que je ne pèche ni en pensées ni en paroles, ni par action ni par omission, et que jamais je ne m’éloigne du très chaste cœur de Jésus. Amen.


øøø

Que notre Seigneur, Dieu de tout Amour et de toute Miséricorde, soutienne ces ministres si pauvres dans leur combat contre eux-mêmes et qu’il leur soit donné de faire la Vérité dans leur vie et dans la vie des enfants qu’ils ont blessés.


Que ces enfants reçoivent de l’Esprit Saint le discernement, et qu’ils ne confondent pas l’humanité pécheresse des serviteurs de notre Seigneur, avec l’Humanité du Christ, don d’Amour jusqu’au sacrifice de la Croix.


Que notre prière monte vers Notre Dieu de toute Miséricorde pour eux mais aussi pour nous dont le cœur est éprouvé par ces scandales, voire écœuré. Gardons notre bienveillance pour tous ces ministres qui blessent tant le Cœur Sacré de notre Seigneur Jésus et continuons à prier pour eux, continuons notre ouvrage, celui de faire briller, bien modestement, la petite flamme de miséricorde de notre prière au sein même des ténèbres.