2L_FiaccoleChrétiens, nous sommes tous appelés à devenir instrument de la Miséricorde de Dieu et la mission qu’Il nous confié de prier pour ces enfants nous invite tout particulièrement à le devenir.
En Pologne, le 17 août 2002, lors de la célébration de la dédicace du nouveau sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie, Jean Paul II disait

En dehors de la Miséricorde de Dieu, aucune autre source d'espérance n'existe pour l'homme"

La Miséricorde sauvera le monde !

Mais, nous qui sommes de plus en plus souvent confrontés à la misère de l’humanité blessée et blessante dans notre vécu mais aussi par le bombardement des médias, sommes-nous capables et prêts à comprendre qu’il y a urgence à aimer notre prochain par les yeux de Dieu, notre Père.

Il faut nous laisser toucher au cœur par cet amour miséricordieux du Père qui malgré les errements de ses enfants nous aime toujours plus, toujours d’avantage.
Ouvrir les yeux et regarder le petit, le méchant, le maladroit, le calculateur, le pauvre, le bourreau avec ce même regard de tendresse que nous avons pour un enfant. Nous laisser toucher par sa petitesse comme Notre Dieu est touché en son Divin Cœur par notre petitesse.

Dieu n’est que Miséricorde, car il est Dieu. Et Dieu ne peut renier cet amour fou du pauvre, sinon il ne serait pas Dieu !
Il faut demander la grâce d’aimer du regard d’Amour et de Miséricorde de Dieu. Nous laisser toucher au cœur, aux tripes par la petitesse même incompréhensible, même révoltante du pauvre. Dieu ne demande que cela, n’est que cela !

Et le Christ en sa Passion n’est que cela ! Comment dire cette brûlure intense qui consume son Divin Cœur, alors même qu’il devrait hurler sa haine contre tous ceux qui le martyrisent. Son cœur n’est qu’amour, son regard n’est qu’amour, sa vie terrestre qui s’achève sur la Croix n’est qu’amour, don de miséricorde.
Aimer jusque là, jusque la souffrance d’aimer, celle que vous explose le cœur et le fait se consumer au feu du Cœur Sacré du Christ.

Il faut demander cela, il faut nous laisser pétrir, travailler pour un jour devenir une braise d’Amour, une petite flamme de miséricorde, être une toute petite braise de la Divine Miséricorde.
Prier pour les pauvres de cœur, les méchants, les bourreaux est pour nous un chemin de conversion essentiel. Notre Sauveur qui a donné sa vie pour nous, et encore plus pour eux, les aime passionnément et Il souffre pour eux sur le bois de la croix et il souffre aussi de notre fermeture de cœur pour les adultes si pauvres pour lesquels nous avons tant de mal à prier en vérité.

Il faut que nous nous convertissions sur ce point : les aimer comme Dieu les aime en commençant humblement par la prière même si elle est sèche, même si elle est plus difficile.
C’est dans la pauvreté de notre prière pour plus pauvres que nous que le Seigneur nous attend pour nous convertir encore plus avant. Aimer ceux que notre cœur ne peut pas aimer ou si difficilement, si étroitement.

Que chacun de nous devienne une petite Flamme de Miséricorde, et que si nous sommes plusieurs à prier ensemble que notre petite assemblée devienne « un foyer de Miséricorde » ( pardon de reprendre l’expression de foyer tant liée à Marthe Robin ), notre prière puisant sa force et son inspiration dans la contemplation et l’adoration du Cœur Sacré de Notre Seigneur.

Il faut que notre cœur s’ouvre à la prière pour ceux qui nous semble les plus pécheurs, ces adultes maltraitants, nos frères.

C’est un beau chemin de conversion qui demande beaucoup mais c’est le chemin de la Divine Miséricorde queine cesse de s’offrir par le Doux Cœur du Christ Jésus : convertir notre cœur pour qu’il batte à l’unisson avec le Sien, qui, en sa Passion, aime infiniment tous ceux qui l’abandonnent, le torturent et le crucifient, c’est à dire nous tous et surtout ceux que nous reconnaissons comme plus pécheurs que nous, parce que leur péché est hors de notre entendement, qu'il est horrible, terrible et qu'il anéantit toute dignité aux enfants pour lesquels nous prions.

Mona - Mai 2008