102_0279Cette lettre vous est écrite au moment où nous allons célébrer la magnifique fête de la Toussaint :

Béni soit le Seigneur d’avoir racheté et sauvé une telle couronne de pécheurs qui sont devenus, par sa Miséricorde, des Saints. Daigne le Seigneur guérir et sauver toute l’humanité.

Permettez-nous un peu de promotion pour faire vivre l’édition catholique, et de rappeler ce somptueux livre édité pour le Jubilée de l’an 2000, « Le Livre des Merveilles », « 365 histories vraies à lire chaque jour où l’on voit DIEU à l’œuvre dans le monde ». Mame/Plon, Paris 1999, 1345 pages. Il s’agit d’une vraie merveille, c’est le cas de le dire. Bientôt Noël, voici un cadeau pour 1 ou 3 ou 15 membres de votre famille, de vos frères et sœurs chrétiens, ou pour ces connaissances que vous voulez évangéliser. Si c’est un peu cher à force d’en offrir, invoquez la Providence.

Cette lettre vous est donc aussi écrite au moment où nous allons faire mémoire de nos défunts et intercéder pour les âmes du purgatoire :

-Faire mémoire d’abord, parce que Dieu n’oublie pas les morts, il les relève, et dans l’espérance ou la communion des Saints, l’Eglise est tout à la fois du ciel et de la terre.

Nous pouvons aussi faire mémoire des membres de notre chaîne déjà passés au ciel, notamment dernièrement de Rosa Alloux et de Marie-Antoinette Gautier. Nous l’avons voulu ainsi, ils sont toujours comptés dans notre groupe, car ils sont plus vivants que nous et, si nous prions pour eux, nous espérons qu’ils peuvent déjà faire monter une encore plus belle prière pour ces enfants qui ont tant besoin d’être aimés selon le Cœur de Dieu.

- Intercéder, puisqu’à part les canonisés, nous ne savons pas grand-chose des « temps »  de purification. Et la prière pour les âmes du purgatoire est une solidarité spirituelle qui mérite le mouvement de notre cœur.

Pour nous, membre d’UEDLP, peut-être pourrions-nous ce 2 novembre, porter charitablement notre prière vers ceux, vers tous ceux qui, durant leur vie, ont été des maltraitants. Plus que d’autres, à cause de leur misère, ils ont besoin d’ouvrir leur cœur à la Miséricorde.

Daigne le Seigneur, avec l’Évangile de Saint Luc 18, 9-14 en ce 30ème dimanche, nous rappeler que tous, nous sommes graciés, et donc appelés à entrer dans le mouvement « d’action de grâce », et aussi, si l’on peut dire, dans un mouvement « d’action des graciés » qui intercèdent pour tous leurs frères, notamment ceux qui « apparaissent » les plus pauvres, et pour qui, à cause de notre propre pauvreté, nous pourrions avoir difficulté à intercéder !

Le temps que cette lettre vous arrive, nous serons tournés vers la Venue du Christ-Roi, ou déjà introduits dans l’Avent.

- Le Christ-Roi, la plus belle fête de l’année des chrétiens.

Non seulement avec Noël nous saluons l’aurore du salut, non seulement avec Pâques et Pentecôte, nous célébrons la victoire de Dieu en sa Miséricorde, non seulement avec la fête du Corps et du Sang du Seigneur et celle du Sacré-Cœur, nous célébrons d’accès à la grâce par l’Eglise et ses Sacrements, mais avec le Christ-Roi, terme de l’année liturgique, nous célébrons le jour de la victoire définitive pour tous ceux qui l’auront humblement espéré, où il n’y aura plus ni cris, ni larmes, ni pleurs, car nous verrons Dieu face à face, et les temps du combat seront achevés.

- L’entrée dans l’Avent, c’est l’occasion de vous souhaiter une « Bonne Année ». Oui, de même qu’il y a l’année civile et l’année scolaire, de même qu’on nous rabâche abondamment l’année des Chinois, du singe ou du rat, je vous invite à fêter le nouvel an, le samedi 1er décembre, oui décembre, au soir. Cela à deux avantages :

Vous étonnez et amusez vos amis qui n’y ont jamais pensé.

Vous évangélisez discrètement en leur rappelant que l’essentiel de votre temps est rythmé par l’Eternel. Si dans l’Incarnation, Dieu a pris le temps, c’est pour que ce temps puisse être liturgique et nous orienter vers l’éternel et vers l’éternité.

Alors oui, « BONNE ANNÉE des CHRÉTIENS »
à vous tous, frères et sœurs d’UEDLP.

Père Bruno
novembre 2007