INGRID BETANCOURT ET LE PARDON

IMG_7251Comme vous le savez, Ingrid Betancourt a été libérée début juillet. Beaucoup de battage médiatique certes, mais aussi une nouvelle et belle occasion de plus de rendre grâce à Notre Dieu et Père.

Mais pourquoi revenir sur cet événement ?

Pour parler du PARDON.

Parce que nous portons dans notre prière ces enfants maltraités et ces adultes maltraitants, notre prière doit être une intercession pour que le pardon se fasse dans leurs vies, dans leurs cœurs : pardon de l’enfant maltraité à son bourreau, pardon de l’enfant maltraité à lui même qui, si souvent, se sent coupable de la maltraitance subie, pardon de notre cœur aux bourreaux – et à lire vos messages cela est bien plus difficile, pardon enfin du bourreau à lui même quand il prend conscience de son crime et péché.

Dans différents interviews au journal LA CROIX du 9 juillet[1] et aux magazines LE PELERIN[2] et LA VIE[3], Ingrid Betancourt a parlé du pardon témoignant ainsi de l’œuvre de Miséricorde de Dieu en son cœur :

"La seule réponse à la violence, c'est une réponse d'amour".

"C'est très difficile d'aimer son ennemi. On ne peut pas aimer quelqu'un qui vous fait autant de mal. Mais je trouvais dans le Christ une espèce de tremplin. Je disais : 'Je le déteste mais pour toi je vais arrêter de dire que je le déteste'. Et le fait de ne pas mettre ce mot de haine dans ma bouche était un grand apaisement. " 

"Je pense que j'ai réussi à pardonner véritablement. A mes geôliers, oui, mais pas seulement. On doit pardonner aux compagnons qui de temps en temps ont eu des moments difficiles, à ces amis qui ne se sont pas rappelés de vous, ces gens sur qui vous comptiez et qui vous ont fait défaut, ces personnes que vous aimiez et que vous avez entendu dire des horreurs comme : 'Si elle a été prise en otage, c'est qu'elle l'a cherché' (...). Il y a beaucoup de choses à pardonner".

Ingrid Betancourt se dit également "transformée" par la prière. Face à la violence, "il y a deux chemins. Soit on se laisse enlaidir, on devient aigre, hargneux, vindicatif, on laisse son cœur se remplir de rancune. Soit on choisit l’autre chemin, celui que Jésus nous a montré. Il nous demande : «Bénis ton ennemi». A chaque fois que je lisais la Bible, je sentais que ces mots s’adressaient à moi, comme s’Il était en face de moi, qu’Il savait ce qu’il fallait me dire. Et cela m’arrivait droit au cœur".

 « Si je n’avais pas eu le Seigneur à mes côtés, je ne pense pas que j’aurais réussi à grandir dans la douleur. Être otage vous place dans une situation de constante humiliation. Vous êtes victime de l’arbitraire complet, vous connaissez le plus vil de l’âme humaine.”

Elle a aussi découvert la Vierge Marie : « une Marie forte, une Marie intelligente, une Marie qui a de l’humour. Je pensais à sa souffrance de mère, et je lui demandais sans cesse : “Marie, s’il te plaît, occupe-toi de maman et de mes enfants.” (…) Et en disant cela, je sentais qu’elle m’écoutait. Et je m’apaisais. »

Ingrid Betancourt a été l’otage des FARC, de la jungle …

et nos enfants, ceux qui sont au cœur de notre prière, ne sont-ils pas eux aussi otage de la pauvreté, de la cruauté des hommes, et leurs bourreaux ne sont-ils pas eux aussi des geôliers qui emprisonnent leur vie, peut-être bien plus longtemps encore que ces 6 longues années endurées par elle, dans une souffrance sourde et parfois destructrice.

Ingrid, avec sa propre lecture, nous remémore aussi la parole du Christ en  Matthieu 5,43-47. Que notre prière soit cela : Amour et Bénédiction !

Et nous deviendrons humblement cette petite flamme de la Miséricorde de Notre Dieu.

Nous deviendrons des témoins de son Amour qui est plus grand que la pauvreté des adultes, que la blessure des enfants, que toutes nos bonnes volontés.

Nous rendrions aussi disponible notre propre vie, notre propre cœur pour que Dieu y déracine nos incertitudes d’aimer, nos incapacités d’aimer et de pardonner, pour que nous devenions progressivement, laborieusement capable d’aimer et de pardonner à l’image du Christ sur la croix.

 


[1] La Croix du 10 juillet 2008

[2] sur http://www.pelerin.info

[3] sur http://www.lavie.fr